null
Arménie

L'osmose inverse et le traitement de l'eau en Arménie

water-treatment-armenia.jpg

Arménie(40 ° 00' Nord, 45 ° 00' Est) est le plus petit pays de l'ex-Union soviétique (ex-URSS). Il est un pays enclavé, situé au sud des montagnes du Caucase. Il est bordé au nord par la Géorgie, à l'est par l'Azerbaïdjan, dans le sud par l'Iran et à l'ouest par la Turquie. Une partie de l'Azerbaïdjan est situé au sud-ouest de l'Arménie et bordée par la Turquie, l'Arménie et l'Iran. Jusqu'en 1995, le pays a été divisé en 37 districts. Il est maintenant divisé en dix marzes (provinces), plus la municipalité d'Erevan, qui est la capitale de l'Arménie.

L'altitude moyenne du pays est de 1800 mètres (m) au-dessus du niveau de la mer, allant de 380 à 4090 m (Mont Aragat). Plus de 90% des mensonges de pays au-dessus de 1000 m et 72% au-dessus de 1500 m. Le relief au centre et au nord du pays comprend des chaînes de montagnes rocheuses élevé de séparation des vallées fertiles étroites. Vers le sud sont les larges vallées Ararat plates et fertiles le long de la rive gauche de la rivière Araxe formant la frontière avec la Turquie. A l'ouest et au nord du mont Aragat, et autour du lac Sevan à l'est, le relief est généralement vallonné avec des affleurements rocheux. Dans le sud-est, quelques petites vallées en forme irrégulière sont entourées de hautes chaînes de montagnes.

Les bassins fluviaux et les ressources en eau

L'Arménie se trouve entièrement dans le bassin de la Kür (Kura). Les bassins des affluents directement à la rivière Kür couvrent moins de 25% du pays dans le nord-est. Ici, la sortie de la Géorgie par la rivière Debet est estimé à environ 0,890 km3 / an et la sortie en Azerbaïdjan à environ 0,555 km3 / an. La rivière Araxe, qui forme la frontière entre la Turquie et l'Arménie et en aval entre l'Iran et l'Arménie, l'Azerbaïdjan se jette dans où elle rejoint la rivière Kür environ 150 km avant son embouchure dans la mer Caspienne. Le débit total en Azerbaïdjan par les affluents de la rivière Araxe (Arpa, Vorotan, Vokhchi) est estimé à environ 1.791 km3 / an.

Les ressources en eau de surface renouvelables (ARAR) provenant de l'intérieur du pays sont estimés à 6,271 km3 / an et les ressources en eaux souterraines renouvelables internes à 4,200 km3 / an. Le chevauchement entre les eaux de surface et les eaux souterraines est estimé à 1,400 km3 / an. Cela se traduit par 9.071 km3 de ressources totales en eau renouvelables internes annuelles (RERI). Le flux frontalier de la rivière Araxe entre la Turquie et l'Arménie est estimé à 1,929 km3 / an; celle de la rivière Akhuryan, également entre la Turquie et l'Arménie, à 0,986 km3 / an. La moitié de ces flux, ou 1,458 km3 / an, est comptabilisé dans le bilan hydrique de l'Arménie. Les ressources en eau renouvelables réelles (ARWR) sont donc estimées à 10,529 km3 / an, dont 7,729 km3 est de l'eau de surface, 4,200 km3 est l'eau souterraine, et 1,400 km3 chevauchement.

Lacs et barrages

Lac Sevan

Le plus grand lac en Arménie est le lac Sevan, situé à l'est du pays. Il se trouve à 1.925 mètres (m) au-dessus du niveau de la mer, ce qui en fait une source stratégique d'énergie et de l'eau d'irrigation. Le niveau du lac, à l'origine d'une superficie d'environ 1414 km2 et 58 km3 d'eau stockée, a diminué depuis les années 1930 en raison de l'utilisation croissante pour l'irrigation, l'hydroélectricité et l'approvisionnement en eau domestique du lac. En 1972, son niveau a baissé de près de 19 m et sa superficie a été réduite à 1.250 km2. Depuis 1972, des changements imprévus dans l'écologie du lac (perte de la population de poissons), la qualité de l'eau (entrée des eaux usées) et microclimat (gel du lac en hiver) ont eu lieu. Le gouvernement a tenté d'élever le niveau d'eau du lac à nouveau à travers réduite au décollage de l'eau (par exemple, pas d'utilisation de l'eau pour la production hydroélectrique en hiver depuis 1978); la construction de stations de pompage; et cours d'eau entre bassins de transfert de l'eau les Arpa et Vorotan, par l'intermédiaire du lien Arpa-Sevan (construit) et la liaison Vorotan-Arpa (en construction), et de la rivière Debet, via le lien Debet-Sevan (prévu). Les mesures ont rencontré un succès initial et le lac a augmenté d'environ 1 mètre entre 1978 et 1990. Cependant, les demandes sur l'eau a augmenté plus rapidement au début des années 1990, lorsque l'électricité a été à nouveau généré pendant l'hiver. Cela a donné lieu à 1 m gagné être perdu à nouveau. Les travaux ont commencé sur la construction de stations de pompage et des réservoirs plus d'équilibrage pour élever le niveau du lac. En particulier, en raison de la pénurie actuelle d'énergie dans le pays, la construction de réservoirs d'équilibre est à la fois important et urgent, que la production d'énergie hydraulique année du lac Sevan est l'exploitation de son eau à un rythme alarmant, sans la possibilité d'eau d'hiver stocké pour l'irrigation en été. En cas de stockage, une partie de cette eau imputerait alors les rejets d'été du lac Sevan à réduire d'un certain montant en fonction des besoins en électricité de l'été.

Les barrages

En 1995, la capacité totale des réservoirs a été estimé à 1 155 millions de m3, dont 1.108 millions de m3 stockés dans des réservoirs derrière les barrages d'une capacité de plus de 5 millions de m3 chacun. La plupart de l'eau est utilisée pour l'irrigation. Environ 145 millions de m3 est utilisé à des fins industrielles et municipales. Le plus grand réservoir est sur la rivière Akhuryan, qui forme la frontière avec la Turquie. Il a une capacité de stockage de 525 millions de m3, est partagée avec la Turquie, et fournit de l'eau pour l'irrigation d'environ 30 000 hectares (ha) en Arménie. De nouveaux barrages, en construction ou identifiés, pourraient stocker un près de 1 000 millions de m3 d'eau supplémentaires.

LE RETRAIT DE L'EAU

En 1994, le retrait total de l'eau à des fins agricoles, domestiques et industriels a 2925 millions de m3, dont 66% a été utilisée pour l'irrigation des fins (figure 1). Depuis le milieu des années 1980, il y a eu une diminution du retrait total de l'eau, principalement en raison d'une diminution des prélèvements d'eau agricole et industrielle (Figure 2). Environ 200 millions de m3 d'eau a été estimée nécessaire pour la pêche, les loisirs et la production d'électricité.

La quantité totale d'eaux usées produites en 1994 est élevée à 817 millions de m3, dont 415 millions de m3 a été traitée et seulement 0,1 million de m3 réutilisés.

La Banque mondiale signale qu'au moins 80 pays ont des pénuries d'eau et 2 milliards de personnes ne disposent pas d'accès à l'eau potable. Plus inquiétant, l'Organisation mondiale de la Santé a rapporté que 1 milliard de personnes ne disposent pas assez d'eau pour répondre simplement à leurs besoins fondamentaux, malheureusement dans de nombreux pays l'eau est rare ou contaminée.

Pure Aqua fournit une large gamme de filtration et des solutions économiques sur la base Arméniens ressources en eau.

Principales ressources en eau de l'Arménie sont:

  • L'eau de surface « est l'eau d'une rivière, un lac ou des zones humides d'eau douce, qui peut être traitée en utilisant des méthodes différentes, telles que les systèmes, Filtres Ultrafiltration médias eau, eau saumâtre RO.
  • Eaux souterraines ou de l'eau saumâtre est de l'eau située dans l'espace des pores du sol et de la roche « bien Borehole », qui peut être traitée à l'aide des systèmes d'osmose inverse, des médias Filtres à eau, dosage des produits chimiques, stérilisateurs UV.
  • L’approvisionnement en eau du gouvernement, qui pourrait avoir un niveau élevé de dureté ou un niveau élevé de chlore, peut être traité avec des adoucisseurs d’eau, filtres d’eau des médias.

Pure Aqua fabrique des systèmes de traitement de l’eau qui répondent aux exigences de l’Organisation mondiale de la Santé.

 

Projets achevés de purification de l'eau pour l'Arménie: